Partenaires

CNRS
INSU
LGGE
IPEV


 

Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Instrumentation > Opérations de terrain

Opérations de terrain

Opérations de terrain

Corinth - DGLab (Deep Geodynamic Laboratory)

Il y a un million d’années, la presqu’île du Péloponnèse (Grèce) était encore rattachée au continent. Mais les mouvements tectoniques qui secouent la région écartent les deux zones d’environ 1,5 cm par an. Le golfe de Corinthe s’est formé à la suite de cette lente dérive. Il en résulte aussi une activité sismique importante : depuis 1965, neuf séismes d’une magnitude supérieure à 6 sur l’échelle de Richter se sont produits dans la région, ce qui en fait la zone la plus active de l’Union Européenne. La possibilité de tremblements de terre nettement plus puissants n’est pas à exclure.

Corinth, c’est un programme européen qui a débuté en 2000, pour les géologistes, les géophysiciens, les séismologistes, les ingénieurs et les producteurs de la filière pétrolière, couvrant une aire de 30 km de côté, avec :

  • un puits de 1000 m de profondeur situé sur les failles actives
  • plusieurs puits de faible profondeur (10 à 100 m) pour l’enregistrement des déformations, des contraintes, et des mesures de fluide
  • un réseau de surface constitué d’accéléromètres, de récepteurs GPS, de sismomètres, etc.

L’équipe de la Division Technique de l’INSU a pris en charge la responsabilité technique de l’instrumentation du forage profond, en collaboration avec le Laboratoire de Mécanique des Roches de l’IPGP. Sa participation sur le projet a inclus la réalisation des boîtiers mécaniques contenant un certain nombre de capteurs parmi ceux-ci :

  • sismomètre sur axe X, Y et Z
  • inclinomètre sur X et Y
  • thermomètres
  • capteurs de pression statique et dynamique

Schéma global de l’instrumentation du puits

En électronique, la participation de la DT/INSU a portée sur l’architecture globale de la chaîne de transmission numérique du puits de 1000 m. Celle-ci est optimisée afin de réduire les coûts en câble et connecteurs, et de fiabiliser la remontée des données de mesure. L’instrumentation du puits présente de nombreuses difficultés : grande variété de capteurs, distances importantes entre chaque boîtier de capteurs, milieu peu accueillant (environ 100 bars de pression, température de 50°, eau salée et boueuse).

Vue de détail du support d’un accéléromètre 3 axes

Ensemble des boîtiers de l’instrumentation du puits et une partie des tourets de câble

Système d’acquisition des mesures